Fame, la question des étoiles



Fame

By Tilda Gans

Un terrain de chasse
Une illusion de rêve
Où le kitsch et l’uniforme règnent
Mais peu importe
L’œil guette avec plaisir
L’excitation de la rencontre
Se rapprocher des idoles
Les toucher, les photographier
S’afficher
Puis les lâcher aussi vite
L’admiration éphémère

Ainsi va la vie sur Hollywood boulevard, véritable symbole du monde qu’il promeut, véritable révélateur de nos réactions face à la célébrité. Observer ces trottoirs c’est rencontrer des stars oubliées, voire abîmées, piétinées sans même un regard. C’est aussi et surtout voir d’autres étoiles, dans les yeux des fans cette fois, la joie d’avoir trouver le nom d’un acteur ou d’une chanteuse aimés. C’est d’une certaine manière toucher l’éphémère et la relativité, face à des noms inconnus qui pourtant ont marqué des vies. C’est enfin assister à un nombre incalculable de poses devant les objectifs, poses souvent tout aussi formatées que les étoiles qui les accompagnent. Tel un miroir, les trottoirs d’ Hollywood boulevard nous  invitent à regarder en face notre relation à ce monde, et nos désirs d’étoiles en carton-pâte.

Disponible en version papier et ebook.

Walk of life, ou l’empreinte du quotidien



Walk of life

By Tilda Gans

Hollywood, Californie.

Un lieu mythique, imprimé dans l’imaginaire collectif sous les traits du Hollywood sign, du glamour des Oscars, et des étoiles du Walk of fame d’Hollywood boulevard. Ce quartier de Los Angeles abrite en effet les trottoirs parmi les plus célèbres et les plus photographiés au monde. Sur des centaines de mètres se succèdent au sol des étoiles roses aux bords dorés, quasi-uniformes, arborant les noms des personnages les plus illustres de l’industrie du divertissement. Une attraction simple mais à la communication savamment orchestrée, un temple de la célébrité et du kitch qui draine chaque année des milliers de touristes des quatre coins du monde.

A quelques pas de là, un territoire vit au rythme de ses habitants, de passants, de travailleurs, d’écoliers. Bien loin des strass et des paillettes associés au nom du quartier, l’ordinaire du quotidien; bien loin d’une image construite et maîtrisée, les hasards de la vie. Cette vie, d’autres trottoirs moins visibles, ou du moins, moins regardés, en témoignent. On y rencontre l’aléatoire, les empreintes des uns et des autres, le cycle des ombres, les mouvements du terrain, des écrits et graffitis. A l’opposé des traces standardisées laissées à la gloire de quelques idoles du cinéma ou de la musique, une diversité de motifs plus ou moins volontaires dessinés par des milliers d’individus, et par un environnement naturel sans cesse en mouvement.

Ce livre vous emmène à la découverte d’une partie du « Walk of life » d’Hollywood, au travers d’une série de photographies réalisées en septembre 2018.

Disponible en version papier et ebook.

Lumières du nord

Rotterdam, janvier 2016. Les jours sont sombres, pluvieux, gris. Mais quand tombe la nuit, la ville se pare soudain de lumières, comme si l’éclat du jour s’était jusque là réservé, pour mieux combattre la nuit et la morosité hivernale. Ce spectacle accentue encore l’aspect futuriste de la ville, un univers bien loin de l’image de la « vieille » Europe.










Les uns, les autres

Hollywood boulevard, Los Angeles, septembre 2018. La chasse aux étoiles est ouverte ! On cherche celles de ses idoles, on se laisse surprendre à la vue de certains noms…. Toutes ces traces du passages des stars, symboles d’Hollywood ! Mais en observant ce ballet depuis le sol, c’est un tout autre rapport qui se dessine… Les stars se retrouvent dans l’ombre de leurs fans, qui les surplombent. Les indices des uns et des autres se rencontrent, se mélangent.













Opening night

Grand avenue, Downtown Los Angeles. Entre musées et concerts, la magie opère en cette nuit d’hiver. La douceur californienne, les couleurs paisibles, la chaleur des lumières, l’approche de Noël, la musique,… tout nous envoûte, nous apaise, et nous invite au rêve. 












Hiver parisien

Place de la Concorde, il y a quelques années. Un soleil d’hiver se couche sur l’obélisque, la tour Eiffel au loin. Je reste fixée sur la grande roue, son rythme lent et régulier, sur les arbres nus, graphiques, basiques. Un sentiment de calme se dégage, de sérénité, presque d’éternité.

Grande roue de la place de la Concorde, Paris, par un coucher de soleil d'hiver
Grande roue de la place de la Concorde, Paris, par un coucher de soleil d'hiver
Grande roue de la place de la Concorde, Paris, par un coucher de soleil d'hiver
Grande roue de la place de la Concorde, Paris, par un coucher de soleil d'hiver
Grande roue de la place de la Concorde, Paris, par un coucher de soleil d'hiver
Grande roue de la place de la Concorde, Paris, par un coucher de soleil d'hiver
Grande roue de la place de la Concorde, Paris, par un coucher de soleil d'hiver
Grande roue de la place de la Concorde, Paris, par un coucher de soleil d'hiver

Dreaming DK

Avril 2018, Dunkerque. Un rassemblement de voitures de collection place Jean Bart, et l’envie de jouer avec leurs couleurs, leurs formes m’amènent à sortir l’appareil. J’observe une ville déformée par ces objets que contemplent les passants. Elle devient brillante, chaude, voire exotique. En voulant s’évader par la contemplation de voitures de rêve, nous voila (ou non) face à une version alternative, onirique de notre environnement quotidien.